lundi 7 novembre 2022

Trois amis (A & A et Cie n° 117)


 photo Alain Ménez

Ils étaient trois amis qui rêvaient de voyages,

Qui ne supportaient plus leur petit pâturage,

Ce misérable enclos ceint de fils barbelés,

Sa barrière de fer bien verrouillée à clé.


C'est le Bouc en premier qui évoqua la chose.

Il avait voyagé et fit tant par sa prose,

Que l'Âne et la Jument furent bientôt conquis.


Le baudet cependant, ne l'était qu'à demi :

-Savez-vous, disait-il, si hors de la clôture,

Le monde que l'on voit n'est pas d'autre nature ?

Imaginez qu'il soit une pure illusion

Et que sitôt sortis nous y disparaissions.

Moi, je ne bouge pas, faites à votre guise !


-Je crains, dit la Jument, que ta fainéantise,

Sans vouloir t'offenser, ne te dicte ces mots!


-Bon... Mais comment sortir ? Le pré n'est-il pas clos !


-Bien fermé, dit le Bouc, oui, on nous le fait croire !

Les Humains ont l'art de conter beaucoup d'histoires.

Il N'Y A PAS DE CLÉ ! J'ai vérifié tantôt.

Comment avons-nous pu n'y pas songer plus tôt ?


AG


 Amis, je vous invite,

Si le cœur vous en dit,

A cliquer, au plus vite

Sur les liens que voici :

Le blog de Petitalan

Océanique



lundi 3 octobre 2022

Le pigeon et la coquille (A & A et Cie n° 116)

photos Alain Ménez


 Venant d'apercevoir dans l'herbe une coquille,

Près de son nid perché, Maître Pigeon songeait...

Il fit mentalement le tour de sa famille :

A son soulagement, personne n'y manquait.

Un, deux, trois, quatre et cinq ! La semaine dernière,

Ses jeunes emplumés avaient pris leur envol.

Il en était heureux, son épouse était fière.


Mais que fait donc cette coquille sur le sol ?

Sa présence à coup sûr est fort problématique !

Il descend se poser quelques mètres plus bas

Pour faire de l'objet l'examen méthodique,

Quand soudain, il lui semble entendre un bruit de pas :


Maître Chat ! C'est bien lui, tout en crocs, tout en griffes,

Qui d'un bond se jette sur le columbidé !

Par bonheur, ce dernier, n'étant pas molle chiffe,

D'un coup d'aile s'enfuit, se moque de Minet

Qui manque son appui, tombe sur la coquille !

Lui qui l'avait placée exprès là, ce matin,

Pour tromper le pigeon, et de fil en aiguille,

Avec des petits pois, s'offrir un bon festin !




Parlons tout net sans plus attendre :

Tel fut bien pris qui croyait prendre ! 

AG

 Amis, je vous invite,

Si le cœur vous en dit,

A cliquer, au plus vite

Sur les liens que voici :

Le blog de Petitalan

Océanique

lundi 5 septembre 2022

Un chat, et quel chat ! (A & A et Cie n° 115)


 Photo Alain Ménez

« Allons bon! Je suis découvert !

J'aimais pourtant cette cachette,

A l'abri été comme hiver.

C'est bien dommage, elle était chouette !

Je vais devoir chercher ailleurs

Un autre refuge, une cave

Pour me cacher car j'ai très peur.

Mais parlons bas. L'affaire est grave :


Le chat de la Mère Michel,

(Vous connaissez la chansonnette ?)

C'est moi, devant vous, bien réel !

Ne faites donc pas cette tête !

Comme chacun, vous avez cru,

C'est d'ailleurs paru dans la presse,

Ce qu'a dit le Pèr' Lustucru

A mon ancienne maîtresse :

Que, paraît-il, j'étais perdu

Ajoutant avec fourberie,

Que j'avais même été vendu

Pour un lapin ! Plaisanterie !

Merci de garder le secret.

Du confort d'un foyer n'ai cure.

J'en suis parti de mon plein gré.

Moi, je suis fait pour l'aventure !

Par-dessus tout, je détestais

Jouer aux pelotes de laine.

A aucun prix je ne voudrais

Que ma maîtresse me reprenne ! »

Chut!

 AG


 Amis, je vous invite,

Si le cœur vous en dit,

A cliquer, au plus vite

Sur les liens que voici :

Le blog de Petitalan

Océanique



lundi 6 juin 2022

Qui a tort? Qui a raison? (A & A et Cie n° 114)


 Photo Alain Ménez

"Restez dans le cercle ! Police !

Gardez vos pattes sur le sol !

Nous connaissons votre malice.

Un mini drone d'Interpol

A découvert vos manigances.

C'est lui qui vous parle des cieux.

Il a tout filmé, pas de chance !

Oui, vous pouvez baisser les yeux !

Un geste et séance tenante,

L'engin volant vous enverra

Sur la tête un jet d'eau bouillante !

Ah ! Vous voilà fait comme un chat!*

Ne comptez pas sur l'indulgence

Du Haut Tribunal des Souris !

Le peuple réclame vengeance

Il vous faudra payer le prix

De vos multiples souricides !


-Je mange et vous aussi mangez.

Le fermier met du raticide.

Allez-vous aussi le juger ?

L'an passé, par vous, sa récolte

Fut détruite à plus de moitié !

Excusez, mais votre révolte

Est d'un ridicule achevé !"


Le drone, en panne d'énergie

Soudain s'écrasa dans un bois.

Chacun, ménageant sa sortie,

Embarrassé, rentra chez soi.


Ne comptez pas que je vous dise

Qui a tort et qui a raison.

Chacun prêche pour son église

Et voit le monde à sa façon.


AG


*Traduction : « fait comme un rat » en langage souris.


 Amis, je vous invite,

Si le cœur vous en dit,

A cliquer, au plus vite

Sur les liens que voici :

Le blog de Petitalan

Océanique


lundi 2 mai 2022

Jéromine et Jérôme jouent à cache-cache (A & A et Cie n° 113)


 Photo Alain Ménez

Lui de compter, compter, compter...

Elle avait dit : -Jusqu'à cinquante !

Après, tu pourras me chercher.


-Quatorze, douze et vingt et trente...


Pour lui, c'était bien compliqué !

Il faut vous dire qu'à l'école,

Il n'était pas très appliqué

S'attachant plus aux fariboles

Qu'aux leçons sur le tableau noir !


-Après vingt-sept, c'est bien quarante ?


Il commençait à s'en vouloir

De cette enfance inconséquente.


-Non, c'est vingt-huit, je me souviens !

Vingt-huit, vingt-neuf et après...

                                                -Trente !

Allons, dépêche- toi et viens !

Laisse tomber, je m'impatiente !


-Qui me parle ? J'entends des voix !

Au secours ! J'ai peur des fantômes !


-Mais non, je te dis que c'est moi !


                                -Mais où es-tu ?

                       - Ici, Jérôme,

Je suis dans le trou d'à côté !*


-Ah ! Tu es là, ma Jéromine !

En fait, je ne sais pas compter...


-Oui bon, ne fais pas cette mine

Et viens me rejoindre céans !


Le printemps qui donne des ailes

Aux flèches n'est pas regardant

Pour jouvenceaux et demoiselles !


Vous narrer ce qu'il s'ensuivit,

Comprenez que je m'y refuse.

Je ne voudrais à aucun prix

Rendre ici les dames confuses.


Il est des choses, assurément,

Comme ne l'a pas dit Voltaire,

Qui sont de dire ouvertement,

Et des choses qui sont... de taire !


AG


*On voit deux trous dans le mur. Ce détail a son importance.


 Amis, je vous invite,

Si le cœur vous en dit,

A cliquer, au plus vite

Sur les liens que voici :

Le blog de Petitalan

Océanique




lundi 4 avril 2022

Encore moi ! (A & A et Cie n°112)


 photo Alain Ménez

Encore lui ! Vous allez dire

Qu'un auteur ne tourne pas rond

Qui ne trouve rien à écrire

Que des histoires de hérons !

Que sera la fable prochaine ?

Songez-vous anxieusement.

Ah non, vraiment la coupe est pleine !

Cet échassier a fait son temps !


"Je comprends. Il est vrai, j'abuse,

Murmure l'oiseau tout contrit.

Agréez mes humbles excuses,

Mais si je suis encore ici,

Surtout n'y voyez pas malice,

Ni boniment de comédien.

Non, pour parler sans artifice:

C'est qu'avec vous je me sens bien !

Comme je pêche solitaire

Je n'ai pas souvent l'occasion,

Tel un moine en son monastère,

De faire la conversation.

Lorsque la chose se présente,

Je la fais durer à plaisir,

Je monologue en dilettante

Craignant toujours de voir partir

L'autre, las de mes fariboles...


Alors, au prochain rendez-vous !

Ce fut un vrai bonheur, parole !

De m'entretenir avec vous."

AG

 Amis, je vous invite,

Si le cœur vous en dit,

A cliquer, au plus vite

Sur les liens que voici :

Le blog de Petitalan

Océanique


lundi 28 février 2022

La colère du Héron (A & A et Cie n°111)


 photo Alain Ménez

"Ce bon poisson vient à point. Je l'aurais aimé

Plus dodu, mais ne faisons pas le difficile !


Un ancêtre jadis, peut-être accoutumé

Aux menus des grands chefs étoilés de la ville,

Après avoir fait fi de tanche et de goujon,

Affamé, fut heureux de trouver pour pitance,

Lui, prince des gourmets, un escargot, dit-on.


Que cet événement fut lourd de conséquences !

Depuis, pour le railler, on voit tous les oiseaux

Brocarder les hérons, en vers de La Fontaine.

Peut-être ouïrez-vous, les récitant tout haut,

Quelques méchants moineaux courant la prétentaine.

Lorsque je les entends, tout mon être est en feu !


Parole d'échassier, il est grand temps que cessent

Toutes les moqueries auxquelles donne lieu

Ce fâcheux fait divers  ! Contre elles, je me dresse

Et proclame aussi haut que permet mon long cou

Perché sur ses grands pieds (pardon si je plagie),

Que nous ne sommes pas, comme l'on dit partout,

Des fats, des prétentieux. Du respect, je vous prie

Pour notre Noble taille et Notre majesté !

Notre vol est puissant, racé Notre plumage.

Du marais nous sommes les Rois incontestés !

...

Je suis modeste, aussi n'en dis pas davantage !

À bon entendeur...


AG

 Amis, je vous invite,

Si le cœur vous en dit,

A cliquer, au plus vite

Sur les liens que voici :

Le blog de Petitalan

Océanique