lundi 3 mai 2021

Chouette ! (A & A et Cie n°103)

photo Alain Ménez

Merci, cher Monsieur, c'est vraiment très chouette 

De me faire visiter ta maison,

Et de m'admirer telle une vedette,

Au point que le rouge m'en monte au front !

Car de ces égards je n'ai l'habitude.

D'ordinaire, vois-tu, l'on me bat froid.

Tes frères n'ont point ta sollicitude.

Il est vrai, mon cri les remplit d'effroi.

Ils ignorent que je suis la sagesse

Et l'oiseau sacré, d'Athéna chéri.

Toi, tu me traites comme une déesse.

Je lui parlerai de toi, c'est promis !

AG


Je vous invite à lire, inspirés par la même image,

 à la date de parution, le texte d’Alain Ménez 
sur le blog :  
et celui d’Océanique sur le blog :

 

lundi 5 avril 2021

Ce n'est qu'un jeu ! (A & A et Cie n°102)

Photo Alain Ménez
 

Ma Maîtresse a dit :  « Je vais me cacher,

Compte jusqu'à dix et viens me trouver! »

Elle adore jouer à la cachette.

Quant à moi, je préfère la dînette,

Car n'ayant jamais appris à compter,

Je ne sais pas quand aller la chercher.

Alors je l'attends, parfois la journée.

J'ai un peu froid. M'aurait-elle oubliée ?

AG


Je vous invite à lire, inspirés par la même image,

 à la date de parution, le texte d’Alain Ménez 
sur le blog :  
et celui d’Océanique sur le blog :



lundi 1 mars 2021

Les révélations du Corbeau ( A & A et Cie n° 101)

 

photo Alain Ménez

" Béni soit ce jour où je puis enfin

Livrer la version franche et véritable

D'un événement que moi, Tiercelin,

Vécus, et dont on bâtit une fable,

N'en déplaise à Esope le Phrygien,

Ainsi qu'à Maître Jean de la Fontaine :


Si, dans leurs écrits le vers sonne bien,

Je soutiens crûment, n'y voyez de haine,

Que pour le récit, ma foi, tout est faux !


Certes j'avais dans le bec un fromage,

En réalité, un Brie de Meaux

Que j'allais offrir pour son mariage

A un Corvidé de mes bons amis.

Je l'avais acquis moyennant finances

Auprès d'un fermier pas très loin d'ici,

Et comme j'étais un peu en avance,

Je m'étais perché, attendant midi.

Renard qui passait vint faire causette,

Mais à son discours rien ne répondis.

Vous l'avez compris, je ne suis point bête.

Au bout d'un moment, vexé, il s'en fut

Et pour se venger colporta l'histoire

Que partout l'on sait. Bien sûr, on l'a cru.

Il s'en attribuait toute la gloire

Et je passais pour le dernier des sots.


La "fake news" est une ancienne manie,

(Oui, je parle anglais, enfin quelques mots...)

Qui sévit toujours... même en poésie!"


AG


Je vous invite à lire, inspirés par la même image,

 à la date de parution, le texte d’Alain Ménez 
sur le blog :  
et celui d’Océanique sur le blog :


lundi 1 février 2021

Le grillon et l'araignée (A & A et Cie n° 100)


 photo Alain Ménez


(ou : Le pacifisme par la boisson)


Demoiselle Arachné, un jour de canicule,

Courut frapper à l'huis du Grillon son voisin :

-Par Jupiter, Monsieur, vous tairez-vous enfin ?

                   Je ne puis fermer l'œil !

                                                           -Madame, je stridule !

Des fils que vous tendez à toute heure, en tous lieux,

Dans lesquels à loisir s'entortillent mes pattes,

De vos pièges où vous jouez les acrobates,

Je ne dis jamais mot, ni n'invoque les dieux !

Ne vous fâchez donc pas ! Voyez, nous sommes quittes.

Si je vous invitais demain soir à souper,

Peut-être pourrions-nous calmement en parler ?


L'araignée accepta ; s'en vint à l'heure dite.


Le Grillon, pour tout plat, étant végétarien,

Avait coupé menu sur un beau lit de mousse

Les plus tendres bourgeons de succulentes pousses.

Lui, s'en délecta fort. L'autre ne mangea rien.


-Toutes ces crudités, le diable les emporte !

Se disait l'arthropode en son for intérieur.

J'aurais dû apporter, c'eût été bien meilleur,

Quelques mouches farcies au larves de cloportes !


-Mais vous ne goûtez pas ? s'inquiéta le Grillon.

-Je dévore des yeux, chez nous, c'est la coutume.

-Si vous ne mangez pas, vous buvez, je présume ?

-Juste un doigt de rosée, avec modération,

Car ce divin nectar me fait tourner la tête !


Verre après verre on but, et plus que de raison !

On rit, et l'on dansa, on chanta des chansons.

Jusqu'à l'aube, dit-on, se prolongea la fête.


Les voilà bons amis. Dès lors, la vie est belle.

Alors que tout semblait pourtant les opposer,

Il a suffi d'un rien pour les réconcilier.

Le partage a souvent raison de la querelle.


AG

Je vous invite à lire, inspirés par la même image,

 à la date de parution, le texte d’Alain Ménez 
sur le blog :  
et celui d’Océanique sur le blog :


lundi 4 janvier 2021

Quel chat ! (A & A et Cie n°99)


 photo Alain Ménez

Je m'étais mis en tête

D'apprendre à lire au chat.


Le félin, pas si bête,

Au mieux se comporta :

Après un mois d'efforts,

Il citait Lamartine,

Déclamait du Paul Fort

Assis dans la cuisine,

Faisant l'admiration

De tout le voisinage !

A toutes les questions

Il répondait en sage.

Des journaux, des télés,

Il devint la vedette,

Se faisant inviter

Partout sur la planète,

A ce point, sûr de lui,

D'avance, j'en panique,

Qu'il se veut, aujourd'hui,

Lancer en politique !

AG

Bonne année 2021 !


Je vous invite à lire, inspirés par la même image,

 à la date de parution, le texte d’Alain Ménez 
sur le blog :  
et celui d’Océanique sur le blog :


lundi 7 décembre 2020

Le Serpent songeur (A & A et Cie n° 98)


 photo Alain Ménez

De ma figure serpentine,

Vous vous méfiez, je le vois bien !

Si Eve et Adam, j'imagine,

N'eussent été végétariens,*

Ils m'auraient, plutôt que la pomme,

Croqué tout cru, n'en parlons plus !


Oui mais, de la Terre et des Hommes,

Lors, que serait-il advenu ?


Cela ne fut. À quoi bon dire,

Envisager meilleur ou pire ?


AG


*Idée empruntée à Robert Sabatier


Je vous invite à lire, inspirés par la même image,
 à la date de parution, le texte d’Alain Ménez 
sur le blog :  
et celui d’Océanique sur le blog :


lundi 2 novembre 2020

La limace gourmande ( A & A et Cie n° 97)


 

photo Alain Ménez

Être on ne peut plus vorace

Et toujours insatisfait,

D'une certaine limace

Voilà d'un mot le portrait.


Voyez-la qui se promène,

Cherchant pitance alentour

Et découvre au pied d'un chêne

Le prince de ses amours :


Un champignon magnifique,

Tendre et juteux à souhait.

D'un élan, la boulimique

Se jette sur le bolet !


Et vas-y que je grignote

Tant le pied que le chapeau,

Sans assiette ni cocotte,

Sans fourchette ni couteau !


Elle avale, elle ingurgite,

Sans souci des conventions,

Toujours de plus en plus vite,

Jusqu'à l'indisposition.


Le fait est qu'à ce régime,

On la trouve bien souvent

Qui dort près de sa victime

Du sommeil des innocents.


C'est oublier que la guette

Compère le hérisson

Qui, sans couteau ni fourchette,

En ferait bien collation !


"Voilà de la goinfrerie

Le pitoyable tableau !"

Jacassait Margot la pie ...

En se gavant d'escargots.

AG


Je vous invite à lire, inspirés par la même image,
 à la date de parution, le texte d’Alain Ménez 
sur le blog :  
et celui d’Océanique sur le blog :